AccueilActualitésFAQRechercherS'enregistrerConnexion


https://lh3.googleusercontent.com/-Y8QwLQQ_mTc/Tm9iMqQ10wI/AAAAAAAAEk4/oOsk8iNy2Rs/s912/buck%252520vole%2525202.jpg



Partagez | 
 

 Marcelle la Corneille Noire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Apo
Kipik
avatar


MessageSujet: Marcelle la Corneille Noire   19/8/2011, 12:18

Un vrai feuilleton qui s'étale sur 2 ans!







En gare d'Auray (Morbihan ), les corbeaux n'ont rien d'anonyme.

Il ne leur viendrait pas l'idée de prendre la plume pour commettre des lettres non signées.
Non! Ils signent bravement leurs forfaits.
Quand Marcel sirote dans le verre d'un client, au Terminus, il le fait au grand jour .

Le gardien du parking

En coulisses, il est le gardien du parking. Personne n'y entre sans risquer un coup de bec. Pourtant, le volatile, pas craintif pour un sou, n'a rien d'agressif. Mais il fait bonne garde.

Marcel, le corbeau apprivoisé est, en quelques semaines, devenu la coqueluche de la gare. Il y a de quoi ! Il n'est pas le premier à jouer ce rôle.

Marcel 1°

Le 2 juin 2002 exactement, un jeune corbeau tombé du nid est confié à Michel, le patron du Terminus. La bête sera rapidement apprivoisée, s'amuse à décoiffer les clients au bar, se perche sur leur épaule, leur vole un peu dans les consommations.
Trop gentil, le volatile, qui répond à son nom! Marcel 1 er s'est envolé.

En fait, il a été volé!

Gros chagrin dans la maison et naît le mythe du corbeau qui reviendra comme un oiseau prodigue naît. Tout un quartier se met à espérer que Marcel sera repéré, ramené, et que la vie reprendra comme avant. Même un avis dans la presse ne donnera rien...

Marcel 2°

Mais bingo ! Le 2 juin de cette année (pile poil,!), un voisin apporte un autre jeune corbeau, victime d'un at-terrissage trop brutal. Il a les plumes retournées, ne vole plus. Aussitôt adopté, baptisé Marcel 2°. Presque une dynastie!

" Dès que quelqu'un entre dans le parking, il lui court après et lui pique les pieds ", prévient Michel, le seul à vraiment jouer le dompteur de corbeau, avec Sophie et Sabrina.


Marcel sur ses terres : le comptoir!

Amis , ennemis... et mets préférés !

L'animal a ses têtes. L'inconnu gagne à se méfier car le bec, sans méchanceté, ramène vite à moins de familiarité. Marcel ne craint pas de voler dans les plumes. A une personne, pas plus qu'à un chien, quand il est de petite taille, comme celui de la maison auquel il s'amuse à chiper son met préféré, les carottes.
Marcel, lui, raffole " de moules marinières. C'est son plat préféré. Et il les décortique lui- même. Avec sa patte, il fait comme une main pour tenir la coquille et avec son bec, il mange la moule. Le surimi, il l'adore aussi! "
Au bar-hôtel-restaurant, Marcel a donc des menus soignés, et le cercle de ses amis s'élargit chaque jour. Il y est chez lui et les chats n'osent pas trop s'aventurer près de la bestiole, Celle-ci ne craint vraiment qu'une chose, comme son prédécesseur : le vol en rase-mottes des hirondelles!

Têtu mais pas bête !

Si, d'habitude, les corbeaux ne manifestent guère de sympathie pour l'homme, celui-ci est sociable.
« C'est vraiment un oiseau très intelligent. Et celui-ci a son tempérament, il est têtu! "

A raison de deux bains par jour, et un séchage au soleil, ailes déployées, Marcel soigne son noir de jais, mais il n'aime pas que l'eau.
A l'heure de l'apéro, il est le roi de la place, et goûte aux plaisirs des hommes ! Rouge, blanc, bière, avec modération... Il lui est arrivé de comprendre que... hic, il ne faut pas le prendre pour un pigeon. Alors, il se modère, même si, parfois, il tape une cigarette allumée. Juste pour voir !

Marcel a encore une autre faiblesse : le fromage: surtout le camembert !

Et cela n'a rien d'une fable !

Extrait du journal OUEST FRANCE du 19.08.2003, sous la signature de Gildas JAFFRE



Et deux ans après... Marcel a failli y perdre la vie...

La corneille de la gare sur la sellette

Pendant des mois la cohabitation est paisible, familière même.
Hélas, le 5 décembre 2005, le volatile a blessé sous l'oeil un automobiliste.
La police municipale s'est alors inquiétée de cette agressivité
"Nous venons d'apprendre que l'oiseau a blessé, en le piquant d'un coup de bec au visage, une autre personne le 30 novembre 2005, alors qu'elle tendait la main vers la corneille" explique Guy Le Moignic chef de la police.

De corbeau à corneille.

Car en effet Marcel n’est pas un corbeau –espèce protégée mais une corneille – espèce nuisible. Ces faits renouvelés créent un problème de sécurité publique.
Du coup, même s'il n'y a pas eu de plainte, la police municipale s'inquiète de possibles récidives.

Le volatile sera abattu s'il est capturé

Et tout un quartier s'émeut de son avenir

L'oiseau ayant établi ses quartiers dans la cour d'un commerce. Le maire vient d’adresser un courrier au commerçant.

Guy Le Moignic précise que "la corneille est un animal déclaré nuisible par un arrêté préfectoral du 28 novembre 2005. Dès que ce sera possible nous le neutraliserons."

Dans l'immédiat pas de panique,Marcel se doit d'être prudent(e) !

Extrait du journal OUEST FRANCE du 14.12.2005, sous la signature de Gildas JAFFRE



Marcel, la corneille aura la vie sauve.

Cela fait deux semaines que Marcel, que l'on croyait corbeau, mais qui est corneille a pris le maquis. Accusée d'être agressive après avoir piqué deux personnes, elle risquait sa tête.

Émoi profond dans le quartier la gare, dont le volatile est devenu la mascotte depuis deux ans et demi.

Le maire souhaite que l'oiseau soit capturé pour prévenir les risques mais refuse toute mesure d'euthanasie.

La corneille ne serait pas agressive, elle se contente de se défendre si un inconnu s'approche. Aux abris !

Marcel, la corneille de la gare, laisse passer l'orage.

Planqué, l'oiseau pourchassé par la police municipale, qui annonçait vouloir la capturer, puis l'abattre, la corneille étant classée animal nuisible, se cache prudemment. Parfois un peu neurasthénique quand il est enfermé sans voir ses amis, Marcel devrait avoir la vie sauve. Ainsi en a décidé le maire, auquel il n'a pas échappé que le sort de cette mascotte de quartier, très chère au coeur des cheminots retraités, mais aussi aux enfants de l'école voisine -tout ce monde étant prêt à pétitionner pour sauver la bête- était en soi, un enjeu de société.

Doit-on appliquer la solution finale pour prévenir un risque potentiel ?
Certes, personne ne conteste que l'animal a donné deux coups de bec à des humains. La première fois, il s'agissait d'un homme qui voulait récupérer sa voiture, Marcel le toisant sur le toit du véhicule. Un geste un peu maladroit et Marcel s'est défendu, griffant la joue.

Un acte de défense, ni plus ni moins.

Une seconde fois, une personne originaire des Côtes-d'Armor a été bien plus imprudente, car elle est rentrée dans la cour privative de l'hôtel où le volatile a élu domicile, et s'est approchée de la poubelle où il était perché. Réaction de l'oiseau, dérangé par un inconnu.

On ne conseillera donc jamais assez, pour les personnes qui ne lui sont pas familières, de ne pas aller déranger Marcel.
Lequel joue volontiers avec tous ceux qu'il connaît, comme en témoigne son album de photos. La corneille, qui croasse comme un corbeau, ne serait donc pas agressive naturellement, ce que confirme~ les spécialistes des oiseaux sauvages. À leur avis, cet animal n'a pas d'instinct d'attaque envers l'homme. Mais il est vrai qu'un changement assez radical de relations avec lui peut entraîner des modifications dans l'attitude.

Mais, pour l'heure, la corneille est sans doute plus victime de l'homme que l'inverse.

Même si les habitants du quartier de la gare, en grande majorité, lui témoignent une indéfectible affection, et regrettent déjà de ne plus voir le volatile aussi facilement qu'avant. On peut sans peine comprendre que la mairie se soit prémunie en terme de sécurité publique en adressant un courrier re-commandé au " propriétaire " de l’oiseau.

Mais quant à le faire disparaître ?


Un appel de la Société protectrice des oiseaux des villes.

Un vrai comité de soutien !

L'affaire de Marcel n'est pas passée inaperçue: presse écrite, radio, télé en ont parlé.
Avec, dans ce sillage médiatique, aussi des réactions de touristes qui avaient apprécié l'animal et le font savoir au téléphone.

la Société protectrice des oiseaux des villes,
Pour sa part, Nadia Fontenaille, présidente fondatrice de la Société protectrice des oiseaux des villes, propose son concours.
" Au cas où vous auriez besoin de notre aide pour capturer sans danger, par piège, votre corneille. Je comprends bien votre désir de la garder, mais je crois urgent de la protéger des acharnés de la mort des animaux dits nuisibles, et même des animaux en général.

Hors la pie, la corneille, le ramier, l'étourneau, le geai et d'autres sont déclarés nuisibles.

La police municipale n'est pas dans ce camp, mais il y a eu des plaintes déposées contre votre oiseau. Si l'office national de la chasse est prévenu, on risque d'envoyer des tireurs qui, en accord avec la mairie et la préfecture, auraient le droit de tirer sur votre oiseau. Nous avons une corneille comme la v6tre, adorable, intelligente (comme toutes les corneilles) et nous ne la -
laissons pas en liberté totale (mais pas en cage). Nous avons des corneilles handicapées en volières, plus de 1 500 oiseaux, une chambre de rééducation. Nous n'euthanasions pas.

Nous vous proposons votre aide uniquement pour sauver l'oiseau.

Les amis de Marcel ont reçu le message mais souhaitent que l'on comprenne bien que leur corneille n'est pas un danger.
Elle est en liberté surveillée et ne fait de mal à personne.

Quant à nous, nous voulons qu'elle profite de sa vie d'oiseau pour la joie de tous !

Extrait du journal OUEST FRANCE du 30.12.2005, sous la signature de Gildas JAFFRE


Un arrêté municipal de précaution déconseille de jouer avec Marcel

Le maire vient de prendre un arrêté municipal, pour éviter tout accident dans les relations la corneille et les passants:
" Il est prescrit à toute personne se trouvant fortuitement à proximité immédiate de la corneille noire présente constamment dans le quartier de la gare depuis plusieurs mois, d'éviter d'esquisser le moindre geste de familiarité vis-à-vis du volatile, en particulier de s'approcher volontairement de lui, de tendre le bras en sa direction, et d'une manière générale d'essayer de le toucher!
Toute personne agissant en violation de cet arrêté sera présumée responsable de l'agression qu'elle aurait subie de la part de la corneille, en particulier s'il en résultait des lésions au visage et notamment aux yeux."

Branle-bas d'information.

-Services municipaux, police municipale et gendarmerie sont chargés de l'application de ce texte qui a été affiché de manière visible dans tous les établissements recevant du public dans le quartier de la gare, et notamment place Raoul-Dautry et rue Jean-Jaurès où cette corneille a établi ses quartiers.

Cet arrêté prend en compte, pour sa motivation, l'avis qualifié de la Société protectrice des oiseaux des villes compétente dans le comportement des oiseaux, selon lequel "il est probable que de semblables incidents se reproduiront, qu'ils pourraient être d'une gravité imprévisible, avec des lésions en particulier en cas de coup de bec dans les yeux"

Le maire, dans le cadre de ses pouvoirs généraux de police municipale est habilité en toutes circonstances à prescrire toute mesure qu'il estime nécessaire, dès lors que l'enjeu est l'intérêt de la sécurité des personnes, et qu'en l'occurrence il convient de prescrire une mesure de précaution appropriée pour éviter les accidents ".

Moralité
Si Marcel ne fait pas de bêtise, et si les hommes ne sont pas plus bêtes que lui, personne ne devrait voir la vie en noir.

Extrait du journal OUEST FRANCE du 11.01.2006, sous la signature de Gildas JAFFRE

Marcel rejoint ses congénères:fin d'une belle histoire.

La corneille apprivoisée, mais devenue un tantinet agressive avec les passants, a finalement déserté le quartier de la gare, où elle avait élu domicile depuis deux ans et demi.

Jeudi 12 décembre 2006, elle a été recueillie par la Société protectrice des oiseaux des villes, et placée en volière, pour réadaptation, près de Chartres.
.
Marcel changeait de caractère

Mais Marcel, qui flirtait avec les trois ans d'âge, changeait peu à peu de caractère et il a une nouvelle fois jeté le trouble mercredi11 décembre 2006 en se projetant dans la chevelure d'un de ses fans, aussitôt refroidi qui a alerté la mairie .

Michel, le patron de l'hôtel " Terminus, " par crainte que quelqu'un ne soit finalement sérieusement blessé, a dû se résoudre à appeler la Société protectrice des oiseaux des villes qui s'est déplacée dès le lendemain pour recueillir l'oiseau.

Rassurez-vous, il n'a pas quitté la Gare à bicyclette!

Exclusivité amoureuse

« Elle a expliqué longuement à Michel que la corneille, à trois ans, entrait dans une période de reproduction et qu'elle me vouerait un intérêt exclusif. Personne ne pourrait plus m'approcher. »

Une déformation animale qui pouvait effectivement rendre la présence de l'oiseau dangereuse, car Marcel, mercredi, a montré qu'il défendait son territoire avec pugnacité.

" C'est triste de le voir partir, et les gens le sont aussi. Mais il nous reste une belle aventure, de jolies photos, de très beaux souvenirs », confie Michel


Conclusion

L'univers des humains est vraiment impitoyable...
aussi souhaitons à Marcel une bonne réadaptation dans le monde des oiseaux qui est le sien
Longue vie et beaucoup de petiots!

Extrait du journal OUEST FRANCE du 16.01.2006, sous la signature de Gildas JAFFRE

.
Marcel(le) s’adapte… Un vieux corbeau l’encadre…

Le jeudi 12 janvier 2006, Marcelle- car c’est sûr c’est une corneille- a été recueilli à Chatillon, au centre de la Société protectrice des oi-seaux des villes.

Il va bien .

Rénata ,directrice de la So-ciété protectrice des oiseaux des villes est venue le récupérer auprès de Michel, au Terminus. Après un voyage en TGV, Marcelle arrive à la Société de protection des oiseaux des villes à Châtillon.

Visite à la Volière du jardin où sont groupées une trentaine de corneilles et de pies .
Un espace confortable de 8 mètres sur 4,3 mètres de haut -en partie vitrée pour l'hiver- avec un -grillage entouré de plastique.

Premier contact

C'est la personne qui a été la chercher qui fait la présentation.
Première réaction de Marcelle : elle l'attaque à la tête.
Immédiatement. les autres l'arrêtent, défendent celle qui les soigne et les nourrit.
Un conciliabule commence alors entre le chef, un très vieux corbeau à l'aile traînante, à la vue basse. au bec élimé, suivi de sa favorite qui lui succédera.

C'est lui qui commande tout : qui donne le signal pour manger, fait les présentations lorsqu'un nou-veau pensionnaire arrive ».

«Vieux corbeau » : un chef respecté.

Dans ce contexte, Marcelle se retire à l'écart. Les autres oiseaux, tous assemblés autour du chef, discutent. Une petite pie. profitant de cette assemblée, se régale dans la gamelle posée à terre «Vieux corbeau », d'un léger coup de bec. la rappelle à l'ordre. Elle rejoint les autres . Ouf, cette intervention a sauvé Marcelle... Cela a faillit barder!

.Le lendemain, Marcelle attaque encore pour intimider, dominer.

La personne lui montre sa résistance, et qu'elle n'a pas peur. Marcelle comprend que c'est inutile, se contente de la frôler avec son aile.

Avec le temps...


Maintenant " notre corneille"elle est acceptée par les autres, mange avec elles.
Elle dort seule, mais c'est une question de temps.
Dans la journée, vie normale, calme, elle ne cherche pas à partir. Mais n'a pas encore trouvé un copain ou une copine

" C'est à trois, quatre ans que les corneilles deviennent adultes ", explique Nadia Fontenaille.

Elles cherchent à s'accoupler.

Là, le caractère change si elles sont apprivoisées, parce qu'elles sont attachées à celui qui les a élevées, civilisées, et de trouver un conjoint. Nous en avons fait plusieurs fois l'expérience. Nous avons Youma qui attaque les femmes et les enfants, mais est ravie lorsqu'elle est en présence d'un homme et parle. Extrêmement intelligente comme la plupart des corvidés."

..A Châtillon, plus de 1 500 oiseaux ont ainsi été recueillis.



Extrait du journal OUEST FRANCE du 03.03.2006, sous la signature de Gildas JAFFRE




Marcelle la Corneille.



Marcelle la Corneille vivait dans la cour d'une brasserie près de la gare d'Auray, elle se promenait librement et ne s'éloignait guère de son gîte dont elle assurait la garde de son puissant bec.

En passant, il était bon d'avoir une friandise : il suffisait de l'appeler et Marcelle venait avec beaucoup de précautions s'assurer de l'identité du visiteur ; du bout du bec elle s'emparait de votre biscuit.

Bien sur il fallait s'en méfier !!

Marcelle devenant adulte s'était enhardie et se perchait sur le toit des voitures en stationnement, elle se montrait agressive avec les gens qui tentaient de la déloger.

Marcelle fut donc déclarée danger public !!!!

Une association pour la défense des oiseaux est venue pour la mettre en lieu sûr, loin de la ville.

Depuis nous sommes tristes de ne plus voir Marcelle…animatrice du quartier !!!!



****



Pour que le massacre de ces animaux cesse, signez !



_________________
.7 Milliards de perpendiculaires et 264 espèces de singes.
Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent
Revenir en haut Aller en bas
http://perpendiculaire.bestforumlive.com
 
Marcelle la Corneille Noire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Georgette - une petite corneille noire.
» Prédation de Corneille noire sur Guillemots
» Attaque d'un pigeon par corneille ou grand corbeau ?
» Ma corneille
» Nouvelles plumes à identifier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Perpendiculaire :: Le Salon :: Boîte aux lettres-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit