AccueilActualitésFAQRechercherS'enregistrerConnexion


https://lh3.googleusercontent.com/-Y8QwLQQ_mTc/Tm9iMqQ10wI/AAAAAAAAEk4/oOsk8iNy2Rs/s912/buck%252520vole%2525202.jpg



Partagez | 
 

 . LE LIEU DE L'EXAMEN POUR SOIGNER L'ANIMAL .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Apo
Kipik
avatar


MessageSujet: . LE LIEU DE L'EXAMEN POUR SOIGNER L'ANIMAL .   2/7/2011, 13:04

Le lieu de l'examen pour soigner l'animal



  • Le lieu de l’examen

Avant d’examiner l’oiseau, il faut trouver un lieu adapté et sécurisé. Cet endroit doit être calme et fermé. On doit toujours prévoir que l’oiseau peut s’échapper et donc enlever de la pièce tout ce qui pourrait s’avérer dangereux : ventilateurs, collant à mouche etc… Les stores doivent être de préférence baissés.



  • Préparation avant l’examen

Les manipulations de l’oiseau doivent être les plus courtes possibles pour diminuer son stress. On préparera donc tout le matériel nécessaire avant d’attraper l’oiseau : de quoi nettoyer une plaie, de quoi faire un bandage, des fluides chauffés... Même si tout ne servira pas, il est préférable de tout avoir sous la main



  • Observation a distance

Il est très important de bien observer l’oiseau dans sa boîte avant de l’attraper. Une fois tenus, les oiseaux peuvent modifier considérablement leur comportement et certains paramètres seront plus difficiles à apprécier.



  • On observera donc :

* la posture de l’oiseau : debout, couché avec la tête levée, couché avec la tête à terre…
* son comportement : alerte, abattu, vocalisations, comateux, nerveux…
* son port de tête : tête droite, tête penchée, mouvements désordonnés…
* son port d’ailes : normal, aile pendante, aile tournée, ailes ouvertes…
* sa respiration : calme et profonde, rapide, difficile, haletante…
* la présence de sang dans la boîte




  • La Contention

Une fois que tout le matériel est prêt, que le lieu est sécurisé, que l’oiseau a été observé, on va pouvoir l’attraper et l’examiner.

Si l’on est seul, l’examen et les traitements seront limités. Une technique consiste à envelopper l’oiseau dans une serviette et à l’installer face à nous entre nos genoux. On pourra ainsi successivement observer sa tête et ses ailes et éventuellement réaliser des gavages.

Cependant, il est préférable de travailler à deux : une personne qui tient l’oiseau sur le dos sur une table et une personne qui fait l’examen. S’il s’agit d’un oiseau de taille moyenne à grande, la personne qui tient l’oiseau va avoir ses deux pattes dans une main (l’index passé entre les deux pattes) et maintenir l’oiseau sur la table en faisant un petit pont avec sa main ou son avant-bras par-dessus sa cage thoracique. Il est important de tenir les ailes contre le corps de l’oiseau pour éviter qu’il ne se débatte, mais il ne faut surtout pas comprimer le dessus du thorax. Les oiseaux n’ont pas de diaphragme et ont besoin de leurs muscles intercostaux et pectoraux pour respirer. Si on les serre à ce niveau, ils ne pourront plus faire de mouvements respiratoires et risquent de s’asphyxier.

On recouvre la tête de l’oiseau avec la serviette tout le temps où l’on n’examine pas celle-ci. Cela a pour effet d’apaiser les oiseaux qui voient moins ce qui se passe autour d’eux.




  • L’examen de l’oiseau

L’examen d’un oiseau doit être méthodique pour être rapide et efficace. Il faut toujours conserver la même méthode afin de ne rien oublier et de ne pas se laisser déconcentrer par un des problèmes très apparents (une fracture ouverte par exemple). L’oiseau peut avoir un problème très voyant peu grave et un autre moins voyant beaucoup plus important ! Il ne faut pas non plus vouloir aller trop vite et sauter des étapes car cela peut conduire à des oublis problématiques pour l’oiseau. Cependant, certains oiseaux en état de choc avancé ou ayant des difficultés respiratoires marquées ne doivent pas être manipulés, mais référés au plus vite à un centre compétent. N’oublions pas que le stress seul peut causer la mort d’un oiseau. Il faut donc toujours observer chaque oiseau au cas par cas et décider en fonction de son état général.

1. L’examen du bréchet

On commence l’examen de l’oiseau par une palpation de sa masse pectorale des deux côtés de la carène de son bréchet. Cela nous donne l’état de chair de l’oiseau.

L’observation de la peau au niveau du bréchet nous renseigne aussi sur l’état d’hydratation de l’oiseau. Si la peau est collée sur l’os et difficile à mobiliser, l’oiseau est sans doute déshydraté.

2. L’examen des ailes

On palpe les os de chaque aile en partant de l’épaule jusqu’à l’extrémité. On examine au passage le poignet qui forme une petite bosse très exposée aux chocs. Ceci nous permet de détecter une ou plusieurs fractures et de prendre dès lors toutes les précautions de manipulation que cela implique. En cas de fracture, un bandage adapté sera mis en place à la fin de l’examen de cette aile. (Voir Gestion des fractures)

On recherche la présence de plaies. Tout amas de plumes collées doit être suspect et observé minutieusement. Les plaies ne sont pas toujours évidentes chez les oiseaux, notamment lorsque ceux-ci ont été tirés au fusil. On traitera les plaies au cours de l’examen de l’aile. (Voir Traitements de plaie)

On regarde la veine ulnaire. On la trouve légèrement en dessous du coude, elle passe d’un côté à l’autre des os de l’avant-bras à ce niveau. Sa grosseur nous renseigne sur l’état d’hydratation de l’oiseau.

On étend l’aile. A éviter en cas de fracture ! Une extension de l’aile diminuée peut expliquer des problèmes de vol. Elle peut être causée par de vieilles fractures, de l’ostéoarthrose, des affections des tendons etc…

3. L’examen des pattes

Les pattes peuvent être très puissantes (rapaces) ou très fragiles. Elles doivent être tenues avec fermeté mais délicatesse par la personne qui les examine l’une après l’autre. Les serres des oiseaux de proie sont dangereuses et méritent qu’on y prenne garde !

* Palpation des os de la patte. On part de la hanche et on palpe tous les os jusqu’aux doigts.
* Observation des plaies.

Flexions et extensions de la patte. On cherche à sentir si la patte a une mobilité normale .

4. L’examen de la tête


La tête est maintenue d’une main : le pouce sur le dessus de la tête, l’index et le majeur de chaque côté de la tête de l’oiseau. On peut ainsi orienter la tête facilement pour examiner les différentes structures.

* Examen du bec.
Du sang peut être observé sur le bec suite à des chocs. Plus rarement, on observe des fractures du bec qui vont empêcher l’oiseau de se nourrir seul.

* Examen de la cavité buccale. On va regarder à l’intérieur du bec de l’oiseau en lui ouvrant avec l’aide d’un doigt à la commissure du bec si nécessaire. On observe la couleur des muqueuses : elles doivent être bien roses. Des muqueuses pâles indiquent une anémie ou une perte de sang importante. Attention : certains oiseaux (busards, circaètes…) ont naturellement des muqueuses noires ou bleutées. On observe ensuite la présence ou non de filaments de mucus qui indiquent un état de déshydratation. On peut parfois aussi voir des parasites ou des lésions diverses dans la cavité buccale (plaie due à un hameçon par exemple).

* Examen des yeux.
On note l’ouverture plus ou moins symétrique des deux yeux et des deux pupilles. On observe si l’oiseau a l’air de nous voir et de suivre nos mouvements. On peut aussi noter la présence de sang ou de corps étrangers dans l’œil. Des écoulements oculaires peuvent être présents lors de traumas. On évitera toute manipulation de l’œil traumatisé. Des rinçages avec de l’Ocryl ND sont utiles lorsque l’œil est souillé par du sable par exemple.

* Examen des oreilles. Elles sont situées sur les côtés des yeux et ne sont pas toujours très faciles à trouver ! Des hémorragies, des hématomes ou des parasites peuvent être observés dans les oreilles. Les mouches plates Hippoboscis et les asticots aiment particulièrement s’y réfugier !

* Examen du crâne.
On palpe le crâne à la recherche de fractures et on peut essayer de détecter sur la peau des hématomes qui indiqueraient un choc pouvant conduire à un trauma crânien.

5. L’examen du cloaque

Le cloaque est situé sous la base de la queue. On observe l’aspect des plumes alentour et celui des fientes. Si des fientes sont collées sur le cloaque, elles peuvent provoquer une occlusion !

6. L’examen du dos

Une fois l’examen sur la table terminé et les premiers soins (plaies et bandages) effectués, l’oiseau peut être relevé de la table. On va alors observer son dos, à la recherche de plaies éventuelles. On peut aussi observer de nouveau son port d’ailes, si celui-ci était difficilement évaluable lorsque l’oiseau était dans son carton.

Il est important à la fin de l’examen de l’oiseau de faire un bilan de tout ce que l’on a observé pour pouvoir avoir une vision globale de l’état de santé de l’oiseau. Cette vision nous donne une idée du pronostic de vie et de relâche de l’oiseau. Ce pronostic est toutefois provisoire, puisque les soins qui vont être apportés par la suite peuvent s’avérer déterminants.
On détermine alors quels soins supplémentaires que ceux effectués au cours de l’examen (soins de plaie, bandages) sont nécessaires.




  • Les premiers traitements

Ces traitements sont ceux qui doivent être réalisés en urgence en attendant que l’oiseau ne soit envoyé à un centre de soins. Ils consistent essentiellement à :

* maintenir la température corporelle de l’oiseau
* maintenir son état d’hydratation
* effectuer des premiers soins de plaie
* immobiliser les fractures

1. Les soins de plaie


Les plaies doivent être nettoyées, désinfectées puis protégées.


Arrow Contacter une LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) : SOS......LPO France

_________________
.7 Milliards de perpendiculaires et 264 espèces de singes.
Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent
Revenir en haut Aller en bas
http://perpendiculaire.bestforumlive.com
 
. LE LIEU DE L'EXAMEN POUR SOIGNER L'ANIMAL .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je cherche une aide pour soigner mon animal....
» [VENDU]Livre Des plantes pour soigner mon cheval
» Vos trucs et astuces pour soigner vos chiens ou améliorer leur bien-être
» Aide pour soigner les animaux des plus démunis en région Parisienne
» astuce pour soigner la gale chorioptique ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Perpendiculaire :: Les Oiseaux :: Questions / Réponses et infos-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit