AccueilActualitésFAQRechercherS'enregistrerConnexion


https://lh3.googleusercontent.com/-Y8QwLQQ_mTc/Tm9iMqQ10wI/AAAAAAAAEk4/oOsk8iNy2Rs/s912/buck%252520vole%2525202.jpg



Partagez | 
 

 Le nourrissage des oiseaux en hiver

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Apo
Kipik
avatar


MessageSujet: Le nourrissage des oiseaux en hiver   17/2/2010, 16:45


  • Le nourrissage des oiseaux en hiver
Pourquoi ?
Comment ?


Les hivers rigoureux sont une des principales causes de mortalité naturelles chez les oiseaux. Beaucoup de bonnes volontés se rappellent alors l’existence de nos amis à plumes et les aident comme ils peuvent à passer ce cap difficile. Ont-ils tord ?
Ont-ils raison ?
Les oiseaux n’ont évidemment pas attendu l’homme pour pouvoir survivre à des hivers rigoureux. Qui plus est, cette saison joue également un rôle de sélection naturelle des individus au sein des populations.

Alors, pourquoi les nourrir ?


Il faut savoir que nos milieux se sont terriblement appauvris au fil du temps. Que les paysages, fortement banalisés, surtout en milieu périurbain ne leur offrent plus une nourriture variée et abondante. Que celle encore disponible est parfois empoisonnée par les diverses activités humaines. Alors, ne leur devons-nous pas un petit coup de pouce ? Et puis avouons-le, c’est aussi pour notre plaisir !

L’impact global du nourrissage sur les populations d’oiseaux est difficile à évaluer. Les observations conduisent parfois à des conclusions contradictoires. Il est en tout cas sûr que seules certaines espèces en bénéficient et ce ne sont pas les plus menacées. Nous conseillons donc d’aider les oiseaux des jardins pendant la mauvaise saison, en hiver, lorsque les ressources habituelles de nourriture se font rares ou sont rendues inaccessibles sous une épaisse couche de neige.


  • Comment bien nourrir les oiseaux ?
Seulement par grands froids !

Apprenons à observer la nature. Elle donne le signal quand disparaissent les insectes et débutent des périodes de gel prolongé, de neige persistante ou de pluies incessantes. La régularité dans le nourrissage est capitale. Il est impératif de ne pas interrompre le nourrissage pendant les périodes de grand froid car les oiseaux ayant pris l’habitude de s’approvisionner aux mangeoires, risquent de ne pas disposer d’assez de réserves leur permettant de trouver une autre source de nourriture. Ce ravitaillement sera seulement supprimé à l’approche du printemps. Lorsque débute la saison de reproduction (d'avril à septembre), la nourriture redevient abondante et de bien meilleure qualité nutritive pour les oisillons qui sont alors nourris essentiellement d’insectes. Laissons alors les oiseaux insectivores jouer efficacement leur rôle d’insecticide naturel.


  • De la nourriture à tous les étages
Chaque espèce d’oiseaux a un comportement de nourrissage particulier. Aussi, varions les plaisirs ! En hauteur, sur une mangeoire stable pour le pinson des arbres ou le verdier, dans des filets suspendus pour les mésanges mais aussi sur le sol car certains oiseaux comme l’accenteur mouchet, la grive mauvis ou litorne, le rouge-gorge ou le merle préfèrent s’y nourrir. Le nourrissage au sol se fera de préférence sur une planche de bois qui protège les aliments de l’humidité.


  • A l’aube et à l’aurore
Les oiseaux consomment rapidement leurs réserves alimentaires en hiver. Deux périodes de la journée sont critiques : l’activité à la nuit tombée qui induit la nécessité de stocker assez de nourriture pour tenir jusqu’au matin, et le lever du jour où les oiseaux doivent trouver de la nourriture le plus rapidement possible pour combler les réserves qui se sont épuisées pendant la nuit.


  • Pas en trop grandes quantités
Les graines qui s’humidifient, les graisses rances, les mies de pain mouillées deviennent impropres à la consommation et peuvent provoquer des troubles digestifs graves, voire mortels. Il faut nettoyer souvent la mangeoire pour éviter tous risques de contamination et d’épidémie. Un toit est également le bienvenu, il permettra aux oiseaux de se mettre à l’abri de la pluie et protégera les aliments.
Certains oiseaux, comme les pics, fréquentent rarement les mangeoires mais se laisseront tenter par une bûche suspendue à une branche et percée de trous remplis de nourriture. Des acrobates comme les mésanges ou la sittelle ne manqueront pas de s’y aventurer également.



  • Attention au minou !
Pour éviter que les chats considèrent la mangeoire comme un garde manger, il vaut mieux la suspendre à une branche ou l’installer sur un piquet. Le pied doit être lisse et mesurer 1.75 m au moins. Un petit truc pour empêcher les chats d’y accéder, on peut placer un grillage en forme d’entonnoir retourné, en métal ou en plastique, autour du pied. La sécurité étant le maître mot, l’idéal est d’installer la mangeoire dans un espace découvert mais proche d’un taillis accessible d’un coup d’aile. Ainsi, les espèces particulièrement discrètes se montreront également moins timides.


  • Une diversité de graines
Les graines et les céréales sont des aliments de choix pour les oiseaux. Elles renferment des graisses, des sucres, des minéraux et des vitamines. On peut acheter dans le commerce des mélanges tout faits, mais c’est bien plus amusant et plus économique de les préparer soi-même. On peut facilement se procurer des graines de différentes variétés vendues dans les graineteries que l’on ajoute à un mélange ‘maison’ composé de graines de plantes sauvages (chardon, oseille, ortie, centaurée, cardère, séneçon…). Vous pouvez aussi vous lancer dans la fabrication de blocs de saindoux que vous suspendrez à un arbre (voir pavé).

Facile et bon marché : le bloc de saindoux

- Chauffez légèrement du saindoux dans une casserole, ajoutez un mélange varié de graines, remuez.
- Entourez du fil de fer autour d’une plaquette de bois percée d’un trou en son centre et recourbez une de ses extrémités.
- Placez la plaquette et le fil de fer dans le fond du pot de yaourt (le crochet en dehors du pot afin de le suspendre).
- Versez le mélange dans le pot.
- Laissez refroidir et retirer du moule.
- Autre suggestion de présentation : trempez une grosse pomme de pin dans le mélange.





Au menu des oiseaux







Ingrédient

Recette

Amateur

A éviter
Féculents et sucres



Pomme
de terre fendue en
robe des champs


Cuite
sans sel


Merles, grives,
geais


Riz cru, pain sec sinon
réduit en miette et en
petite quantité




Biscuits
brisés


Fines miettes

Accenteur
mouchet et
troglodyte




Fruits

La plupart des
fruits
(pommes, poires, fruits et baies sauvages de sureau,
aubépine, sorbier,
lierre… stockées au surgélateur)


Crus
même blets. De
préférence au sol


Merles,
grives
musicienne, litorne et mauvis, étourneaux, rouge-gorge,
mésanges bleues,
fauvette à tête noire




Graisses végétales ou animales

Couennes
de lard,
saindoux,


huile de
tournesol


Non salé, non fumé,

non usée car toxiques

Mésanges,
etc.


Beurre salé, vieille
graisse de friture



Viande

Viande

Sur
un os cuit


Mésange, sittelle,
étourneau, pies, corneilles…


Viande salée

Larves d’insectes

Vers
de farine (Tenebrio molitor) vendus dans les
pêcheries


Sur
le sol ou la
mangeoire


Rouge-gorge

Larves
de mouche ou
asticots


Graines

Mélange de graines
dures
de tailles différentes : maïs pilé et entier, chènevis, orge,
blé
complet, chanvre, sésame, avoine, millet, lin,


tournesol,

flocon
d’avoine,
noisette, faines, etc











Les fringilles*





Rouge-gorge et merle









pinsons

Graines
de lin en grande
quantité (l’enveloppe contient des produits qui
se transforment en acide
cyanhydrique toxique)


Fruits secs

Cacahuètes

Noix de coco

Noisettes et noix
décortiquées et non décortiquées


Non
salées, (contiennent
beaucoup de lipides et de protéines).




Fraîche



Mésanges

Noix
de coco sèche,
cacahuètes préparées et salées



  • A boire !
Cela peut paraître paradoxal, mais les oiseaux ont besoin d’eau, même en hiver. Rien de plus simple : il leur faut de l’eau pure sans aucun additif, sel, huile ou antigel. Veillez à recouvrir l’abreuvoir d’un grillage à mailles moyennes pour éviter que par grands froids, ils ne se baignent et gèlent. Vous pouvez également disposer des petites soucoupes ou des récipients peu profonds (3 à 4 cm) dont vous changerez l’eau à heures régulières. Ainsi les oiseaux prendront l’habitude de s’abreuver avant que l'eau ne gèle.


  • Un jardin quatre étoiles
Et si vous ouvriez également les portes de votre jardin à la flore sauvage ? Les plantes indigènes offriront aux oiseaux une nourriture riche, variée et naturelle toute l’année mais aussi pendant la mauvaise saison.
N’oublions pas les haies qui offrent aux oiseaux des graines, des baies ou des petits fruits. Les arbustes ne manquent pas : le mûrier, l’if, le sorbier des oiseleurs, le bouleau blanc, le merisier, le saule, le sureau, le noisetier, l’aulne, l’aubépine, le cornouiller, le troène, le prunellier, la viorne, le houx, l’églantier…

Et pourquoi ne pas aussi laisser une bande herbeuse en jachère ? Les plantes sauvages pourront ainsi monter en graines et attirer divers
oiseaux en hiver : les chardons, cirses, orties et autres belles sauvageonnes pour les pinsons, linottes et chardonnerets ; les tournesols et marguerites pour le plaisir des grives et des merles. Le maître mot pour qu’un jardin soit à la fois beau et accueillant pour la vie sauvage, c’est donc la diversité ! Plus il y aura de plantes, plus nombreux seront les insectes et donc les oiseaux.



  • Votre mangeoire… sous haute protection
Pour protéger la mangeoire, il faut éviter de l’enduire de produits utilisés pour le traitement du bois. Ils contiennent généralement des substances très toxiques qui sont susceptibles de contaminer les aliments et d’empoisonner les oiseaux. Ne la peignez pas non plus, le bois prendra de la patine avec le temps. Pour la protéger des intempéries, il suffit de l’enduire d’huile de lin, de brou de noix ou encore de recouvrir le toit avec de la tôle pour prolonger sa vie.
Installez-la à l’abri des vents dominants, plutôt au soleil qu’à l’ombre et en vue de votre maison. Pour l’installer deux possibilités : soit la visser solidement sur un poteau de bois (ce qui facilitera le nettoyage annuel) soit la suspendre à l’aide de crochets à une branche solide d’un arbre. En fin de saison de nourrissage, nettoyez la mangeoire avec de l’eau savonneuse et séchez la bien avant de la stocker dans un endroit sec en attendant l’hiver suivant.



  • Les 11 règles d’un bon nourrissage
1. Nourrissez pendant les grands froids, les jours de neige ou de pluies incessantes.

2. Disposez de la nourriture matin et soir.

3. Changez régulièrement l’eau des abreuvoirs et n’y ajouter aucun additif.

4. Nettoyez régulièrement les mangeoires.

5. Protégez les graines de l’humidité et de la pluie.

6. Ne donnez pas d’aliments salés.

7. Placez la mangeoire et les aliments hors de portée des prédateurs.

8. Surtout, n’arrêtez jamais en plein froid un nourrissage commencé, les oiseaux devenus dépendants seraient condamnés !

9. Offrez des aliments variés à plusieurs endroits.

10. Ne donnez pas de trop grandes quantités à la fois, la nourriture doit disparaître en quelques heures.

11. Ne proposez jamais d’aliments moisis ou avariés.


  • source et conseil de la LPO

_________________
.7 Milliards de perpendiculaires et 264 espèces de singes.
Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent
Revenir en haut Aller en bas
http://perpendiculaire.bestforumlive.com
 
Le nourrissage des oiseaux en hiver
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nourrir les oiseaux en hiver.
» Oiseaux l'hiver
» Oiseaux d'hiver
» Recettes pour nourrir les oiseaux l'hiver
» Nourrir les oiseaux en hiver

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Perpendiculaire :: Les Oiseaux :: Questions / Réponses et infos-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com | Nature et Evasion | Faune sauvage